Lors de mes interventions dans des entreprises en phase de digitalisation il m’est apparu qu’ elles abordent celle-ci de façon réactive( montée du poids de l’e-commerce, pression des concurrents parfois même pression des actionnaires ou du conseil d’administration) ou de façon planifiée au moment d’analyser avec elles les bénéfices issus de la nouvelle masse d’informations fournies, j’éprouvais un grand moment de solitude. Première constation positive: la prise en compte de la digitalisation en général et des stratégies multi-canal plus particulièrement sont définitivement rentrées dans les moeurs. La seconde vient des freins toujours présents qui amènent les entreprises à ne faire qu’une partie du chemin dans ce domaine. La dernière étude réalisée par LSA en association avec la Division Electronics display de Samsung est éclairante à ce sujet.

Quels sont les différents freins?

Frein n°1
L’aspect financier qui arrive largement en premier que ce soit en terme d’investissement initial et en terme d’exploitation des informations tirées des datas. Je considère que dans ce domaine que tout le monde est responsable que ce soit le « prestataire de service » qui arrive immédiatement avec une proposition globale sans mettre en avant les bénéfices réels de chaque étape et le décideur lui même souvent trop passif, ne fixant comme limite que le budget et sans prendre un temps réel à analyser les effets positifs réels induits de cette mise en place.

Frein n°2
Pour 50% des entreprise interrogées la difficulté vient de mise en place du ou des matériels et systèmes. En effet il ne suffit pas de nommer un spécialiste et de l’affubler d’un titre pompeux pour faire prendre un cap à l’intégralité de l’entreprise. Les risques sont multiples comme d’isoler cette personne qui si elle est compétente verra ses ailes coupées en terme de vision et donc de de moyen alloués car seule ou dans d’autres cas de dépendre de cette personne qui très vite développera le syndrôme de l’état dans l’l’état car seule porteuse du savoir. La digitalisation est un enjeu stratégique et elle doit être portée de l’analyse en passant par l’élaboration de la stratégie et à son déploiement par toutes les strates de l’entreprise internes ou externes.

Frein n°3
Diffusion et exploitation des contenus des datas.Il y a quelques semaines dans une enseigne j’ai vécu une réunion de débriefing ubuesque sur le pilotage de la digitalisation. A ma question au CEO et aux équipes sur l’apport des nouvelles données qui remontaient des instruments mis en place la réponse fut: » C’est très bien mais nous avons pas eu encore le temps(6mois) de tirer la quintessence des informations fournies( et pourtant demandées). Traduction pour moi cette digitalisation n’est pas accompagnée mais sert au management pour dire qu’il est en marche ( je sais c’est à la mode) et à ne pas être ringardisé par les concurrents ou les actionnaires. Impact réel pour cette entreprise à court terme et moyen terme: 0 si pas de prise de conscience réel du potentiel.

Si vous êtes « prestataire de service » ou membre d’un comité de direction je préconise ces quelques étapes que vous pourriez suivre dans le cadre d’une digitalisation à engager ou à poursuivre.

Etape 1

Pour l’entreprise qui se lance ou poursuit une digitalisation définir clairement une liste de demandes urgentes qui résolues représenteront une réelle plus value dans l’exploitation fine de l’entreprise et un pay-back rapide de vos premiers investissements. Pour le prestataire écouter, écouter, écouter et répondre uniquement aux demandes jugées urgentes du client par ordre de priorité.

Etape 2

S’assurer du côté « entreprise » comme du côté « pourvoyeur » de solutions de l’exploitation réelle des technologies et des remontées d’informations. Data pour data = data

Etape 3

Former le management dans son intégralité et les équipes aux avantages de l’utilisation tirés de la digitalisation. Faire vivre de façon permanente cette évolution pour faire de celle-çi un avantage concurrentiel majeur car incontournable à l’avenir.

Etape 4

Préparer une montée en puissance de la digitalisation au rythme du client et uniquement au sien en s’assurant que les étapes précédentes ont été intégrées, valorisées et mises en valeur.

Si ces passages sont respectés, la digitalisation de votre entreprise deviendra un atout, une assurance face à l’évolution d’activités toujours plus rapides , permettant de placer vos clients, vos fournisseurs, vos équipes au centre de votre stratégie.

Sources: LSA Etude Samsung-Guy-Marc Beaude www.wisemanagement.be/fr/